Signe de l’éternel pourtant mourant


Tandis que l’hiver survole en son silence les terres de France jusqu’à la Normandie avant de s’effondrer sur le brouillard qui a déjà dévoilé l’horizon,

Le peuplier dépoussière comme il peut son ciel en bavardant avec la brise pendant que le cygne à son pied dessine son étang.

Tandis que chacun efface le silence en son lieu sans nom jusqu’à ses rêves avant de s’éveiller sur l’horizon qui a déjà dévoré le brouillard,

Le peuplier dépoussière comme il peut son ciel en bavardant avec la brise pendant que le cygne refait son dessin sur l’étang.

Publicités

Cygne


Cygne du lac vu

Comme signe des rues

Brillantes de néons

Qui parlent de rien pour tous,

 

La majuscule blanche

A bec de soleil couchant

Sur points de nuit

N’est émerveillement

Que de nos regards.

 

Noblesse des eaux,

Il n’est que langage

De nature devenu culture

Comme naïveté enfantine

En souvenir d’émotions perdues