Oublis


Le monde s’oublie à mesure que le sapin décompte en éclat les mesures restantes avant le crime des papiers brillants et colorés.

L’impatience contenue éclate en démesure pareille au monde qui, en silence de sagesse pour démesure, se rappelle au sapin qu’on oublie

Marins


Nous sommes marins

Qui suivons les étoiles

Pour ne parvenir

Au terme de l’espoir

Qu’aux terres arides

De tous les oublis,

De toutes lumières.