Veuve des jours


Faut – il que la lune soit veuve du rêve de son jour pour qu’elle soit la gardienne des nôtres ?

Faut – il que dans son silence de mort, elle soit le temps de l’expression d’autant d’espoirs brillants sur sa robe noire ?

La réalité des cieux se confronte à sa vérité de lumière. Si tu ne veux pas louper ta vie, sache – le et ne triche pas de l’une avec l’autre.

La nuit est Majuscule et point. la veuve du jour scintille de milliards de regards pudiques sur la mort, de milliards de larmes comme autant d’heures éteintes semblables aux bavardages qui remplissent chaque jour.

 

Publicités

Révolution


Ce matin, le ciel a la couleur du journal

Survolé des certitudes de chacun.

 

Ce soir, la terre aura la couleur de la nuit

Enveloppante des rêves de tous.

 

Entre deux, l’essentiel : nos yeux verront,

Transparente, notre mémoire de l’un envers l’autre

 

Puis, comme planètes, ils révolutionneront,

Réunis à nouveau, le silence furtif.

Devenir en espoir


La rame clame son départ.

 

Dans le ventre de fer et d’acier qui traverse la ville, la lumière reste étrangère. Quelques virgules blafardes passent comme étoiles filantes tandis que nous filons vers nos nuits.

 

Le silence n’est que de paroles.

 

Le regard constamment étonné par les éclairs sur les visages ternes, esquisse un sourire sur cette toute petite fille portée sur ce qui fut son ventre semblable en son temps au notre de l’instant.

 

Dans son dos un jeune homme cherche quelques étoiles dans les pages de son roman que la brise lancée de ses yeux fait tourner par moment quasi aussi régulier que son souffle.

 

En face, un autre jeune homme enfonce son regard dans sa certitude qui s’est habillée, comme accomplie, d’un costume noir et d’une chemise blanche d’où pend une cravate rose pale en souvenir lointain et silencieux de couleurs.

 

Le silence n’est que de paroles.

 

Dans le ventre de fer et d’acier, la sagesse bien apprise rend aveugle aux virgules qui passent comme étoiles filantes et tandis que nous filons vers nos nuits, la petite fille va encore vers ses rêves.

 

La rame annonce le terminus.

Sourire


Photographie : Jean – Michel MELAT – COUHET, tous droits réservés.

 

En satellite de ton éclat,
Surveillant les nébuleux et obscurs mystères,
Choisir l’ombre pour ne pas faire nuit
Sur l’élan de ton regard
Qui pour dévorer le bonheur
Offre son merveilleux sourire.
.
Découvrez le regard de Jean – Michel Mêlant – Couhet :

http://www.j2mc-photographie.fr/

Lucidité d’un dimanche


Tôt, la lumière se fatigue des ombres.

 

Qu’elle s’y lance !

 

Tire le ciel : ton brouillard des mots trop bavards du regard d’en face entend l’inaudible comme on croit savoir. L’éclat ne peut plus donner que sa prière au travers de ton goût suspendu qui l’agrémente de sa couleur. Tu caresses la poussière de l’instant, l’histoire d’hier et même d’avant qui, comme nous, se lance nue dans le bain du silence.

 

Ferme la nuit : tes persiennes blanches font cieux invisibles à ceux d’en face et jours d’étoiles sur les secondes dévoreuses de notre sommeil nocturne. La lumière s’étale en secret d’univers infini. Tu fais rire les heures tandis que les minutes se lancent distinguées en rondes de silence.

 

Tard, l’ombre s’éveille de lumière.

 

Quel silence !

Promenade


Sous les bois, une branche de galaxie de cailloux cherche, et même si elle est injuriée par quelques corbeaux, sa pleine lumière.

A son tour, sorti de sous les filtres verts de l’éclat, le chemin tranche les couleurs des champs jusqu’à l’asphalte muet et dur comme la nuit. Le vent lui-même, lâche complice des corbeaux, semble regarder de part et d’autre avant de traverser la ligne figée.

Le chemin repart par astuce obscure comme une rivière qui s’écoule en secret sous la nuit elle aussi de passage, et renvoie plus loin, à nouveau en l’univers des violettes, sa promenade pareille à la vie tranchant d’éclats sur l’ombre, sa branche de galaxie de cailloux comme un vestige que son cœur chante comme une comptine de son sommeil et dans un souffle tel ressac de toutes les origines comme allant d’un secret à un mystère.