Du secret au mensonge


Le soleil d’orage est semblable au regard d’aveugle. Ne reste qu’un reflet de bulles qui encadre et nourrit les flots des rigoles qui s’étirent sans rien tirer d’aucune rue aux maisons alors silencieuses.

 

Les secrets des larmes de chacun cachés derrière chaque fenêtre comme trésors et hontes à la fois se traduisent sur les différences de tous en masque des nôtres et en modèle des excès du ciel s’effondrant (inutile comme tout excès, ignorance et mépris) sur la terre.

 

Justification en hiérarchie normalisatrice et en silence de nos propres mensonges, d’une grande violence en signature de vulgarité et s’étalant en artifice de force de gouaille, notre identité injurie toute humanité pour n’en faire qu’un outil servant notre excès d’orgueil.

Seconde de lumiere


2015-11-20 10.20.44

Faisant céder l’ombre malgré sa fatigue, en repos d’ardeur passée comme avoir d’été, la lumière engourdie de novembre se couche sur les façades avec bonheur et sagesse.

De cet instant et avant demain, par ces mots, il reste les larmes seches de charbon, moquées quand elles ne sont pas injuriées ou comme par la plupart ignorées, sur la naïveté de la seconde missionnaire de l’apaisement de l’éternité.

Quel poète ne regrette pas son abandon ? Il ne prend pourtant jamais aucune autre arme que sa plume arrachée à tous les canons du monde par son expression qui signe en silence la seconde de lumière de l’humanité.