Caresse frôlée


Face à l’allée bordée d’arbres militaires aux synapses hivernales reliées à l’invisible habité par le reflet de l’éclat souillé au centre de la haie d’honneur, il m’apparaît que l’importance du cheminement ne s’échappe jamais de l’origine infime des croisements gorgés de la subtilité légère du soleil qui, en s’étalant sur mes joues, fait du frôlement du chat adoré bien que parfois revêche de la demeure du bout, une caresse franche.

Publicités