Ressources de poèmes


Les vagues inépuisables ne cessent de ranger leurs profonds secrets de toutes les origines. Elles sont les mots mystérieux d’hier prenant la couleur du vide vertigineux.

La nuit, le ciel ne dit que l’essentiel ponctué d’espoirs luisants.

L’horizon est la jonction du temps. Entre le passé et l’avenir, la falaise offre à mon regard la ligne du présent.

Chaque seconde que dit la mer au vent de l’éternité noire et ce souffle qui tente de lui couper la parole effritent ma roche.

Et de poussière en cailloux, transparent comme le temps, tombent des poèmes.

Publicités

Promenade


Sous les bois, une branche de galaxie de cailloux cherche, et même si elle est injuriée par quelques corbeaux, sa pleine lumière.

A son tour, sorti de sous les filtres verts de l’éclat, le chemin tranche les couleurs des champs jusqu’à l’asphalte muet et dur comme la nuit. Le vent lui-même, lâche complice des corbeaux, semble regarder de part et d’autre avant de traverser la ligne figée.

Le chemin repart par astuce obscure comme une rivière qui s’écoule en secret sous la nuit elle aussi de passage, et renvoie plus loin, à nouveau en l’univers des violettes, sa promenade pareille à la vie tranchant d’éclats sur l’ombre, sa branche de galaxie de cailloux comme un vestige que son cœur chante comme une comptine de son sommeil et dans un souffle tel ressac de toutes les origines comme allant d’un secret à un mystère.