Savant en croyance


Perdu et enfermé au milieu des hauts pics froids
L’œil de la terre tel cyclope,
Impassible, sombre et froid,
Regarde les cieux en son silence
Laissant les mots pour le vent.

Plus bas, en ponctuation de prairie,
Un peuplier se tient au garde à vous
Devant les souvenirs des montagnes
Fuyant vers la promesse de l’horizon
De mers encore lointaines.

Droit sur sa terre, planté vers le ciel
Comme une plume sur sa page en guise de ciel
Il semble orchestrer le chant des oiseaux
Qui racontent en chants ce que nul pourtant ne peut dire
Et les rires des rivières qui se moquent des rochers

Qu’elles caressent en mémoires froides
Courant au rythme des mots éphémères
Et alors inaudibles, venus de tous les vents
Formant croyance aveugle de tous les savoirs
De l’endroit et de l’instant.

L’arbre en veines complexes d’hiver,
Aveugle du haut regard comme du trait d’horizon
Se fait autorité de posture en bavardages perdus
Comme soufflés des monts et des flots,
Parlant alors tel le ressac en silence perdu de miroir de nuages.

Ce qu’il sait n’est pas ce qu’il est,
Il est ce qu’il ne croît pas être
Il tend à être ce qu’il ne sera jamais,
Et n’ayant que trop peur de n’être rien
Il parle de tout comme si de rien n’était.

Publicités

Bavardages de clôtures


Agacement à ce « bonjour » du monde
Auquel tu ne réponds pas
Tandis qu’on t’a appris l’harmonie
Sans que tu ne puisses être.

Les jardins sont reflets des cieux
Et les piaillements sont multiples
Comme il y a autant de jours
Que tu ne sais plus dire.

Carrés fermés formant trottoirs,
Logés en silence et survolés de chants,
Marche vers ton bavardage du jour
Qui paye le silence de ta clôture.

Douces futilités


Crépuscule froid derrière les vitres sur souffle de saxophone pour dernière lumière en souvenir de chaleurs, la contrebasse accompagne le radiateur.

La trompette suit pour sonner les bulles piquantes qui jouent en s’élevant dans les flûtes des bavardages et des rires avec l’ampoule du salon.

Sans bruit tout en osant dire, la vie éclate tout ce qui fait chaque seconde.

Percée


Photo : Margot Roisin (droits réservés)

Photo : Margot Roisin (droits réservés)

 

Voyageuses fantomatiques, au souffle, les vapeurs racontent en de lentes danses leurs secrets de couleurs dévorées.

 

En un regard, le silence impose sa menace et sa peur d’amours défendues.

 

Percée, aveuglée de lumières comme autant de bavardages inutiles, nous t’offrons nos sourires carmins pour grimaces de rides étrangères.

 

Alors, notre terre s’endort sur le lit de l’horizon. Rêves linéaires de lendemain, l’heure est à l’apaisement d’hier

 

Photo extraite du blog :

https://regardsdicietdailleurs.wordpress.com/