Eternité


Tandis qu’au loin des hauteurs

L’élan vers la dernière brassée

A gelé comme le passé,

 

Puisqu’il y a toujours deux jours,

Comme la parole au mensonge

Couronnant la peine sur l’amour,

 

Laissant quelques bijoux d’espoirs,

Le soleil s’en va vers demain

Qu’il a préparé pour ailleurs.

 

Le présent est le passé de l‘avenir,

La maladresse hasardeuse

Colorée de fierté ou transparente d’oubli.

 

Et enchaîné par ses lourds maillons

Il s’inscrit jusque dans l’encre du poème

En ancre de secondes jetées, silencieuses d’éternité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s