Naufrage


Du navire de ta poésie,
Il reste les cadavres des mots
Flottant sur le silence des flots.
Leur caractère porte leur deuil
Dans la nuit que mon regard tel phare
Eclaire comme on veille les morts :
En vain et sans aucune surprise.
Et avant de couler il reflète
Un dernier éclat, me rappelant
Les étoiles d’antan qu’ils scrutaient.
Inscrits sur l’immense transparence
Du monde, ils t’emmènent chercher
Ton abandon au tréfonds des mers.

2 réflexions sur “Naufrage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s