Importance (relative)


Tu dévores sa chaleur,

Tu étales l’ombre de sa lumière,

Tu te nourris de son œuf du soir,

Puis tu l’oublies par l’opulence des étoiles

Et parce que tu ne doutes jamais du lendemain,

Qui sera fait, venant de la nuit, du même soleil ou d’un autre,

Peu importe ta croyance, tu l’enrubanneras soigneusement comme chaque jour

Pour n’en offrir que l’apparence du don en jolis mots qui finiront comme bavardages.

Les perles de ce que tu nommes l’amour n’ont qu’un sens qui s’écoule et sèche tant que

Tu dévores sa chaleur,

Tu étales sa lumière,

Tu te nourris de son œuf du soir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s