Imprécisions de certitudes


Tandis que les hirondelles, de leurs flèches noires et de leurs cris stridents, semblent démontrer toutes les directions du ciel, elles ne dévorent que les moucherons éblouis par la lumière.

 

De la fenêtre, mieux qu’en langage de nuages dévorant les souvenirs qui s’envolent en fracas de métal et conjurant par la banalité moderne le temps et la distance, je ne sais que par la hauteur des musiciennes de l’été, l’ardeur du jour à venir. Les heures et leur silence restent miens.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s