Comme la perversion de la morale


L’église au centre du village est couronnée par les montagnes pour horizon qui fendent le ciel en le tutoyant de leur hauteur pour toute distance.

Ici les vagues sont immenses et figées. Loin de l’agitation des hommes pour combler leur vide, la terre s’offre.

Intemporelle, le regard sur elle est un suprême touché, une étape telle la caresse en promesse. Elle impose le silence qu’on ne sait donner. On le reçoit pourtant comme le secret de la perversion de la morale : bouche bée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s