Impression d’été


Les couleurs vernies de lumière

S’endorment sur les lourdes heures

Sans aucun reflet étourdi

Du haut du ciel de la saison :

Absolu en son évidence

Comme une aimable austérité

Qui pour tous définit le rêve,

Tandis qu’imperceptiblement

Seul le souvenir imparfait

Sur le réel intemporel

Nous chuchote déjà sa brèche

Que nos vies en sanglots d’hiver,

En un seul langage, traversent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s