L’ombre d’un rayon de soleil


L’ombre de son rayon de soleil fascinant
A fait de ton beau regard gourmand de couleurs
La paupière fatiguée digne d’un cyclope.
Et pour seul égard à la lumière tant choyée,
Tu as parfois choisi le silence infidèle
Plutôt que de discuter avec le mensonge.
Mais l’ombre ne vit toujours que par la lumière.

Depuis, certaine que ton langage fait loi
Tu t’es enfermée dans les murs de ta prison :
Celle de tes mots, me prenant pour ton geolier
Alors qu’aucune porte n’est restée fermée
Et que tu ignores même ce que je sais.
Tu ne te crois désormais que comme tous les vents,
Comme éprise de parois qui font leur courant.

A ne regarder qu’un seul rayon de soleil
Tu n’as pu voir que l’ombre qu’il a déposé
A tes pieds après avoir lâcher sa lumière,
Cette étincelle qui ne se dit qu’en pleurs par peur,
Celle qui dévore des beaux jours leurs couleurs
Sans aucun éveil sur le sens de mes silences.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s