Duel


Chaque larme parle du ciel.
Depuis l’émerveillement de nuage
Qui s’enfuit en voyage
Porteur du même langage
Que celui de son origine,
Muet comme celui de sa fin
Que l’on ne peut croire en but final rassurant,
Figurant furtif ou acteur principal,
L’eau lave le ciel comme pour la terre la lave.
De noyade ou de brûlure,
On ne souffre que du duel
Qui encadre la virgule de vie.

Publicités