Instant


De ta fenêtre qui nous rassemble, le mystère n’est pas un secret et la nuit, qui ne peut s’endormir au passage des oiseaux clignotants fendant l’air comme l’alcool de nos verres, observe les spirales invisibles qui se moquent d’elle.

Les vêtements des cieux semblent effilés d’un périple qui se voudrait pareil au notre. L’heure tardive se dénude alors mais seules les étoiles de nos regards brillent.

Ne fatiguant aucun enjeu, sous les avions qui finissent leurs voyages, nos bras se posent et débarquent les mots silencieux qui, du bout de nos doigts, s’envolent et reviennent à nos sourires.

Ils ignorent le temps et n’ont pas de destination. Comme un rêve, ils sont déjà arrivés avant même de partir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s