Poeta de Deus e do Diabo, Ventura Porfírio, 1958 Casa-Museu José Régio


Cântico Negro
« Viens par ici » – me disent certains avec des yeux doux
En me tendant les bras et persuadés
Qu’il serait bon que je les écoute
Quand ils me disent : « Viens par ici ! »
Je les regarde avec mes yeux las
(Il y a dans mes yeux ironie et embarras)
Je croise les bras,
Et je ne vais jamais par là…
C’est cela ma gloire :
Créer des déshumanités!
Ne jamais accompagner personne.
– Puisque je vis avec le même désenchantement
Que celui avec lequel j’ai déchiré le ventre de ma mère
Non, non je n’irai pas par là ! J’irai uniquement
Où me portent mes propres pas…
Si à ce que je veux savoir vous ne répondez pas
Alors pourquoi me répéter : « Viens par ici ! »?

Je préfère me salir dans les impasses boueuses
Être emporté par le vent
Traîner mes pieds sanglants dans une serpillère,
Que d’aller par là…
Si je suis venu au monde c’est
Uniquement pour déflorer des forêts vierges
Dessiner l’empreinte de mes pieds sur le sable inexploré!
Ce que je ferai d’autre n’aura aucune importance.
Alors comment serez-vous à même
De me donner des impulsions, des outils et le courage
Pour dépasser mes obstacles?…
Dans vos veines coule le vieux sang de vos aïeux
Et vous n’aimez que ce qui est facile!
Moi j’aime le Lointain, le Mirage,
J’aime les abîmes, les torrents, les déserts…

Partez! Vous avez des routes,
Des jardins, des fleurs
Vous avez une patrie, un toit
Et vous avez des règles, et traités, des philosophes, et des savants…
Moi je n’ai que ma folie
Je la soulève comme une flamme brûlant dans la nuit noire,
Et je sens l’écume, et le sang et les cantiques sous mes lèvres …
Dieu et le Diable seules me guident, personne d’autre!
Vous tous vous avez eu un père, vous tous vous avez eu une mère;
Mais moi, qui n’ai pas de début ni de fin,
Je suis né de l’amour qui existe entre Dieu et le Diable.
Ah, que personne ne me prête de pieuses intentions,
Que personne ne me demande de définitions!
Que personne ne me dise : « Viens par ici » !
Ma vie est un cyclone qui s’est déchainé,
C’est une vague qui s’est levée,
C’est un atome de plus qui s’est animé…
Je ne sais pas où je vais
Je ne sais pas où je vais
Je sais que je ne vais pas par là!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s