Comment construire le futur alors que le présent s’effondre ?


(Pour faire suite à une conférence au même titre organisée par Asterya)

Comme ces mouettes qui ont perdu le soleil et qui suivent le camion poubelle, nous filons vers l’opulence facile.

Parce que la jouissance se perd avec l’habitude, l’orgie est désormais notre faim avant d’être la dernière.

Le luxe dénaturé est servi à nous tous qui savons que notre survie dépend de nous même. Mais savoir ne suffit pas.

Nous trions nos déchets, nous menant à l’incinérateur satisfaisant d’une bonne conscience, sans s’apercevoir alors que nous ne contribuons qu’au bonheur idiot et croissant des mouettes.

Notre faiblesse nous amène à nos excès. Loin des caisses des magasins, ils nous semblent anodins. Mais la consommation n’est qu’un symptôme.

Et le symptôme est partout. Chacun le sien mais pour chacun il exprime la mort de notre liberté en croyant que de dire oui suffit pour qu’elle soit.

Narcissiques, on se range alors derrière le rempart du consentement comme parole suffisante et aveuglante. L’hystérie n’est plus une maladie depuis qu’elle s’est glissée dans les draps lissés du monde.

Et comme la notion d’un grand jardin appartient à chacun, il n’est plus de paradis.

Le symptôme est le discours de notre culture. Malhonnêtes, nos excuses et nos justifications, non seulement en mots mais aussi en actes secrets, font langage. Le langage fait la pensée, mère de notre culture qui a oublié tous les excès des Romains.

Jouissons jusqu’à ce qu’il ne reste rien. L’exceptionnel devenu habitude épuise l’esprit et le corps et l’envie toujours grandissante rend muet le besoin. De mouettes à autruches, nous finirons déplumés.

Aveugles et sourds, sans foi ni loi, avides de sensations, la surenchère est comportementale et se répand en mode de vie faisant de la beauté la vulgarité.
Pas raisonnables pour soi, comment pouvons – nous être raisonnables pour notre monde ?

Ce qui nous attend est la contrainte subie plutôt que choisie, puisque nous nous arrangeons avec nous-même et que nous ne sommes alors déjà plus libres, celle des guerres et des privations pas plus raisonnables que nos orgies.

Et nous voilà malgré tout, en tout et pour tout, pervers, contradictoires et façonnant l’incohérence du monde, comme ces mouettes qui suivent le camion poubelle.

Et pourtant…

Nous savons et ne pouvons rien reprocher aux secours qui ne peuvent arriver que toujours trop tard,

Et nous écoutons chacun comme on écoute le silence des étoiles pour offrir nos mains en langage du cœur,

Nous offrons juste pour rien notre lumière et notre chaleur en nous faisant soleil d’un instant,

Nous suivons la larme qui s’écoule sur la joue jusqu’au sourire,

Nous avons en nos bouches d’espoirs la force de la parole du pardon,

En élan de liberté, d’amour et d’amitié, en compassion et bienveillance nous offrons la confiance sur la poussière de l’horizon,

Nous offrons à la nuit l’instant le plus lumineux du jour,

Et nous voilà malgré tout, en tout et pour tout, en chemin de sagesse, perfectibles mais forts et simples, pouvant rire de la moquerie et faisant pâlir tout abandon, en étoiles scintillantes comme bijoux du monde.

Publicités

3 réflexions sur “Comment construire le futur alors que le présent s’effondre ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s