Secret de métro


Tandis que d’autres braillent
Comme pour se persuader
D’être alors bien vivants,

Du lacis de néons
Dans le wagon patient,
Toute vêtue de peine,

Son regard perdu plonge
Dans l’horizon fuyant
De sa mélancolie.

Sa larme funambule
N’ose pas scintiller
A l’espoir inconnu.

Là, un souvenir passe
Et elle lui offre alors
Un trop furtif sourire

Avant qu’elle ne reprenne,
Nue de tout artifice,
Son masque gris de deuil.

Par la correspondance,
Son secret est happé
En bien d’autres dédales.

Son absence est alors
Tel si fine dentelle :
Un fantasme discret.

Et de ces instants riches,
Impossible caresse,
Apparait le poème.

Publicités

2 réflexions sur “Secret de métro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s