Etrangers


Il n’est que des étrangetés
Qu’en langage la blandice unit.

Les caresses sont toujours muettes
Et c’est pour cela qu’on les oublie.

Il n’est alors que des étrangers
Qu’en langue morte l’on se fait.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s