Errance de l’évolution


On passe sa vie à la construire à côté du bâti de lourdes pierres de l’enfance.

Il nous faut briller, tutoyer la lumière aveuglante et tenter d’oublier le foyer au mortier de mensonges des émotions d’enfant.

Mais du haut de notre tour de fer et d’acier, lorsque le vent souffle, notre regard ne peut que s’incliner sur l’oubli raté.

La lumière blanche, autant qu’elle le reflète, se persuade de l’oubli de ses couleurs.

On rêve, en cette tour, d’y voir sa déraison en raison. Mais en nos bureaux, on ne peut que trop mal négocier par la tolérance dont on fait notre pauvre monnaie par défaut. On choisit alors le silence pour nos errances.

Puis, on bâtit la maison de notre enfant et on s’étonne un jour de le voir élancer à son tour ses fenêtres sans mur comme autant de regards sur le monde impénétrable comme elles. On sait mais on regrette à cet instant qu’il ne peut y avoir que des regards.

Il délaisse alors, comme nous en d’autres temps, mal oubliés eux aussi et pourtant, sa maison d’enfant. La sienne qu’on espérait en secret la nôtre.

Le fer et la transparence ont des exigences dont les vieilles pierres ne profitent pas. On s’élève par la croyance nécessaire sur nos souvenirs en ruines.

Continuons donc, si proches éternels, à nous parler en reflets de lumière que nous ne sommes pas, mais j’ouvrirai mes fenêtres pour tous les vents.

Publicités

3 réflexions sur “Errance de l’évolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s