Des espérances


Ta sclérose (bonheur des phénix), tel le ressac incessant de la mer comme limite au nécessaire inabouti, par tes racines ancrées dans le mystère bardé d’un tapis de nécrophages et de poussières, éclate et s’élance au dehors, gourmande à l’excès, tel un cri figé, vers les gâteries suprêmes des couleurs du savoir et de la pluie.

La droite est l’ignorance du zénith et l’interprétation des hommes est dans cette quête aussi noble qu’inutile de l’univers (habillé d’éternité ronde dans les regards d’enfants), bénéficiaire d’une chance qui reste fugace et arrimée à la transparence foncière des imbéciles, tu es pour tous dans leur négligence, finissant comme humble demeure d’un hibou qui n’affronte jamais la lumière jusqu’au dernier glas que nul ne connaît, désespérance d’Hespérides.

Publicités

Une réflexion sur “Des espérances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s