Divine lumière


Au moment de l’ignorance de la journée, comme je bois mon café, le jeune soleil boit la vieille gardienne des mystères qui prépare alors son oblate imminente et obligée.

Les synapses des terres : franges outragées des prairies liées aux lumières irrésistible à l’ivresse, ogre des tromperies bleues du repos qui enfante le courage, absorbent l’écrasante connaissance criminelle du fruit des profondeurs.

Bénédiction de l’eau, pénitence de la boue, les nuages se croisent dans l’indifférence des crapauds et des chants de grenouilles : ton diktat nait des vérités de chacun, le plafond des vents fait le malheur de tes yeux aux paupières fatiguées et, à jamais, déridées par ta croyance, ta faiblesse est la postérité de ta certitude au moment de l’impéritie à la brune de tes journées.

Publicités

2 réflexions sur “Divine lumière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s