Douces futilités


Crépuscule froid derrière les vitres sur souffle de saxophone pour dernière lumière en souvenir de chaleurs, la contrebasse accompagne le radiateur.

La trompette suit pour sonner les bulles piquantes qui jouent en s’élevant dans les flûtes des bavardages et des rires avec l’ampoule du salon.

Sans bruit tout en osant dire, la vie éclate tout ce qui fait chaque seconde.

Publicités

5 réflexions sur “Douces futilités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s