Regard de traversée


Comme on traverse un nuage,
Tandis que Paris traverse
Et essuie tous ses siècles,
Moi, je traverse Paris.

Publicités

Fenêtre d’hiver


La neige blanche, souvenir de nuage
et du seul langage de son origine,
tombe comme gravier semblant se moquer
de la lourdeur des pierres, avant néanmoins
de s’étaler dessus et d’en absorber,
en son silence blanc, le langage gris.

LumièreS


La nuit dévore la lumière.
Le jour est un oubli
Comme une erreur,
Un secret de la transparence
Qui se dit en mensonge,
Involontaire et admis,
Créant la confiance
Sur le monde,
Mieux qu’un réverbère,
Et les dieux dans les cieux
Obscurs comme la nuit.

Evhémérisme


Maudits mânes des ruines du jardin que nul messager, même revêtu de camail immaculé, sans avoir commandité le meurtre de leur ornement, ne peut rencontrer.

Bien être de la nuit aux bavardages bienveillants devenus mensonges et que ma faiblesse accueille lorsque mon foyer voit son moyen se réduire en excuses.

L’héritage indispensable ne vous honore plus et ma nostalgie se fait notre ennemie. La fraîcheur du jardin est mon savoir et, pourtant, aucun vent du divin déchu ne vient par une caresse sournoise sur mon visage qui a oublié les grimaces et les eaux éphémères.

Flamme de vie


Souffle

La bougie qui se déshabille
A mesure que la lumière
Fait la cause de sa corde
Avant de s’éteindre
Dans son sommeil
Alors délié de raison,

Et rêve

Alors délié de raison,
Dans ton sommeil
Avant de t’éteindre
D’être la cause de la corde
A mesure que la lumière
De la bougie qui se déshabille

Souffle tes rêves.

 

Anniversaire du blog


Bonjour à tous,

Aujourd’hui, le blog à 5 ans. Si au départ je voulais tester les réactions face aux poèmes que je propose, c’est devenu depuis déjà longtemps un support qui va au delà. En effet, vous êtes de plus en plus nombreux à fréquenter ce blog. Parfois, « d’anciens » poèmes sont lus. J’imagine qu’il y a une curiosité qui dépasse le hasard de la rencontre. Certains dès la parution attirent beaucoup de monde et d’autres encore continuent toujours d’être fréquentés. D’une expérience d’un instant, le blog me permet d’être dans l’expérience de votre lecture. Je vous en remercie chaleureusement. Tous, réguliers ou non.

 

De ces tranches de vie, je tente de les traduire dans « le sens des sens comme essence de l’être », parfois accompagnées d’une illustration, et je pense notamment aux photos de Jean – Michel Melat – Couhet et de Margot Roisin, parfois en écho en thème commun toujours avec ma chère Margot (si vous ne les connaissez pas encore, sans oublier de revenir 😉 cliquez sur leur nom pour les découvrir). Aujourd’hui, je vous propose de lire ou relire certains de mes poèmes qui apparemment vous ont le plus marqué. En vers (réguliers ou non), en prose, en calligramme et même en vidéo. Cliquez sur les liens ci dessous pour les découvrir ou les redécouvrir. Je vous les présente (hormis pour les calligrammes et la vidéo) par ordre croissant de visites.

 

Encore merci pour votre accueil et bonne lecture !

 

Fille verte

https://borissentenac.wordpress.com/2013/08/28/598/

 

Regard de l’espoir

https://borissentenac.wordpress.com/2017/01/08/regard-de-lespoir/

 

Matin 2

https://borissentenac.wordpress.com/2016/09/29/matinee-2/

 

Fiançailles

https://borissentenac.wordpress.com/2016/08/30/fiancailles/

 

Ferme les yeux

https://borissentenac.wordpress.com/2013/04/06/ferme-les-yeux/

 

Visage du rêve (1)

https://borissentenac.wordpress.com/2015/08/26/visage-du-reve-1/

 

Paresse de l’espoir

https://borissentenac.wordpress.com/2013/08/17/paresse-de-lespoir/

 

Ta vie

https://borissentenac.wordpress.com/2016/04/19/ta-vie/

 

De tes prières

https://borissentenac.wordpress.com/2016/10/13/de-tes-prieres/

 

De l’ombre d’un nuage

https://borissentenac.wordpress.com/2016/09/04/de-lombre-dun-nuage/

 

Parle moi

https://borissentenac.wordpress.com/2013/07/01/parle-moi/

 

Calligrammes :

Evoir 4

https://borissentenac.wordpress.com/2016/05/29/evoir-4/

 

Evoir 6

https://borissentenac.wordpress.com/2016/06/12/evoir-6/

 

Vidéos :

Souffle d’une prière

https://borissentenac.wordpress.com/2017/09/25/souffle-dune-priere/

Barbara

https://wp.me/p360i2-Ol

Aime moi

https://borissentenac.wordpress.com/2018/01/06/3163/

Cycles


Douce chaleur du silence
Qui s’écrase sur la plume
Invisible des branches nues
Et enrhumée des pales heures
Comme fatiguées d’opulences
Chaudes et vertes passées

Lorsque la fraîcheur des chants
S’envolaient au-delà des plumes
Cachées des branches habillées
Et respirant les couleurs des heures
Comme pressées par les misères
Froides et grises à venir.

Les cycles sont les murs,
Qui se lézardent en rides
Sans jamais se fendre
Jusqu’à l’ultime indescriptible
Et ainsi tant redouté,
De tous les instants.