Toujours trop tôt (en métro)


Tunnel de la ville aux heures du tunnel de nuit,
Mutisme comme tous les rêves empêchés,

Punis, sans satisfaction de contrefaçon,
Il ne se se prononce aucun mot accusateur,

Sauf ceux des regards, dévorés par les néons
En lunes absorbantes de toutes les paroles.

Le silence est religion, défense de soi
Défendant le silence : pudeur des regrets.

En chacun, éternellement tel bruit de mort,
Sauf celui qui se lèvera aussi trop tôt

les soleils ont fondu en plume de corbeau
Croassant sans cesse sur la lune et le silence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s