Gris


Nuages de béton, les fenêtres reflètent l’infini de l’ennui qu’elles cadrent en gardant secret leurs univers obscurs.

 

Au ciel, les pelotes de dentelles empilées absorbent le rêve pour n’en donner que l’essentiel vital, réduit sans envie, et prennent l’essence des étoiles que les murs de brumes des villes ne savent pas.

 

Le monde semble nanti d’ignorance. Pourtant au dehors, dans les cieux comme sur terre, dans le gris de Nanterre, chacun cherche toutes les nuances de l’éclat.

Publicités

Une réflexion sur “Gris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s