Ombre et lumière


Photographie : Jean – Michel MELAT – COUHET, tous droits réservés.

Eclipse du temps,

La lumière caresse l’amour.

Le temps n’a pas d’âge.

 

L’union de l’ombre

Et de la lumière

Est éternelle.

 

L’instant furtivement

S’inscrit en empreinte

D’aube et de crépuscule.

 

Essence du jour,

La pépite s’échappe

Et raconte l’éclat

 

De tous les mots

Qui viennent d’être signés,

Aussi silencieux

 

Que les étoiles

Qui veillent les amants

En leur offrant leur espoir.

 

Découvrez le regard de Jean – Michel Melat – Couhet :

http://www.j2mc-photographie.fr/

Publicités

Poème


Je suis tel un volcan.

L’essentiel brûle en moi

Et dilate mes rêves.

Puis le réel brillant

Jaillit comme un secret,

Comme la mort d’une étoile,

Et s’écoule sur ma joue

Pour devenir poussière

Ou sable sur la plage.

Fossile de vie figé

Qui s’endort sur sa page

Tous les mots vers le ciel.

S’étale le nouveau né

Dans son cri de poème.

Bavardage du bonheur


 

Que se racontent la lumière et le haut mur tandis que la toiture semble endormie, rattrapant ses heures d’insomnie ?

 

Chuchotement manqué, trahit par l’éclat, le mur raconte –t- il les secrets qu’il garde ? Se fait – il uniquement, et très aimablement, le miroir de la chaleur ?

 

Par leur regard dédaigneux, les fenêtres quant à elles, méprisent le bavardage.

 

L’heure s’écrase comme éternelle avant que l’astre n’incline sa face pour essuyer son ardeur sur un mouchoir de nuage.

 

Transparent, le lit du temps accueille le sommeil de l’instant qui, au gré de son rêve, se retourne subitement.

 

Aussi secret que le foyer caressé par le jour, il me raconte un bonheur simple comme pour me parler du mien.

 

Sur le même thème, découvrez le poème de Margot Roisin en cliquant ici.

Photos !


Bonjour à tous,

Certains s’en sont déjà rendu compte, un onglet supplémentaire est apparu sur le menu de ce blog.

Il s’agit d’un lien qui vous conduit tout droit sur le site Internet de Jean – Michel Mélat – Couhet. Photographe, la grande qualité de son regard mérite d’être découverte ! D’ici peu une nouvelle collaboration entre nous, entre poésies, vous sera proposé. D’ici là bonne lecture et… Bon clic

http://www.j2mc-photographie.fr/

Baisers


Le souffle passe sur la haute dentition blanche des terres.

Il redescend par les vastes gencives vertes des prairies

Et me donne la simple et douce saveur de chacune des étoiles.

Puis, l’amertume du trop long jour éclaire l’instant du monde

Ne me laissant de ce baiser envolé que trop perplexe.

Du monde à moi, il ne me reste que l’écho de son souffle

Qui insuffle chaque jour et bien malgré lui notre bel amour.

Main


Bois d’antennes de ciel froid qui attrapent bien plus, bien mieux, de l’invisible de la lumière qui échappe toujours à ma main, à mon obscure empoigne.

 

Forêt de mains vertes de chaleur qui saluent la brise et caressent le ciel en politesses que mon frêle élan ne permet pas.

 

Parce qu’elles sont libres, mes mains connaissent l’échec. Mais elles ne se font jamais masque de rires, jamais barreaux de larmes de la liberté.

 

Sans les bavardages de mon espèce bruyante avant d’être brillante, de la lecture silencieuse de toutes les saisons, il reste à mes mains le poème qui traduit ce qu’est le monde.