Couche



Le regard fixe de la pensée tire son rideau et, paupières fermées, fait son lit du sourire offert à l’instant.

Demain, c’est en la lumière qui fait silence de sa chaleur, se déclinant alors en son éclatante splendeur, que tu secoueras la poussière de nos rêves pour qu’elle brille en étoiles au soir revenu.

Les couvertures, en vagues de couleurs, inspireront la fraîcheur du jour avant de s’endormir, en patience comme virgule anachronique aux nôtres, pour nous offrir nos caresses comme venues du vent du matin etalé ici et étalant l’instant, mieux que les songes du monde.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s