Matin 2


Dévorés puis vomis sans avoir été digérés,

Compressés dans le ventre de l’insecte de fer,

Nous voici nous écoulant pour nos huiles,

Sans avoir à avancer, en direction des enfers éteints.

Regards à la pointure de chaussures,

Les nez se lèvent sans jamais rien humer,

Le risque n’est autre que de se bousculer…

Les directions sont sans lecture

Puisqu’il n’est plus qu’un seul chemin pour chacun

Afin de rejoindre un autre ver de fer.

Puis un autre encore, tous giflés

Par quelques éclats furtifs accrochés sur l’obscurité

Du chemin sans mystère aux hurlements stridents de la bête

Comme pour les tenir tous (et comme nous tous) en respect.

Dimanche, comme dansante, la ville brillait de ses ors.

Aujourd’hui, comme morte, elle se fige de tous ses os.

Publicités

15 réflexions sur “Matin 2

  1. Pingback: Anniversaire du blog – Boris Sentenac

Répondre à Margot Roisin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s