Absolu passager


Photographie : Boris Sentenac, droits réservés

Photographie : Boris Sentenac, droits réservés

 

La mer s’est retirée comme un drap de la couche qu’est l’horloge allongée de l’horizon.

 

Coincée comme un bâillement entre les deux oreilles, dont on ne sait plus s’il s’étire ou se contracte, elle a retiré sa fatigue du grand lit de la petite plage, nourrie de l’influence d’un reflet transparent d’une lumière qui ne dit rien de son mariage, effondré dans une normalité quotidienne qui éteint celle des vagues absentes du jour. La voici aveuglée de lumière, comme soumise à la transparence du mystère.

 

Pourtant, seules comme quelques souvenirs, la mer a laissé quelques flaques qui nous disent la déraison de l’absolu.

*

À lire sur le même thème le poème de Margot Roisin :

https://versantares.wordpress.com/2016/10/12/maree/

5 réflexions sur “Absolu passager

  1. la mer a des caprices de femme,
    surtout que personne ne la damne,
    Elle est douce belle et fière,
    quelques fois aussi en colère.
    Tout comme nous mon cher.
    Elle est remplie de mystères,
    Alors qu’en fait sa source inconnue,
    A fait que devant elle nous sommes debout.

  2. Pingback: Marée | Vers Antares

Répondre à borissentenac Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s