Journée


Sur l’écran de ma fenêtre,

Mon embaumeur : L’ennui du monde,

A diffusé, céruléen,

Le désert de mon rêve.

 

Quant aux collines,

Sanguines comme honteuses de leur gloire,

Elles témoigneront, en larmes matinales,

De la noyade de la lumière.

Publicités

Une réflexion sur “Journée

  1. Quand la nuit feule
    Entre les rêves mouillés
    Il suffit
    D’une fenêtre ensoleillée
    Pour se sentir moins seul
    Aujourd’hui
    L’ennui est l’oiseau sur le fruit

    Amitié
    Bonois

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s