Mer


Berceau des lumières, du jour et de la nuit, tu t’en fais parure dans le langage de ta danse incessante. De quel rayon de caractère t’inspires – tu pour te faire soleil ? Tu te fais brûlure de vie en arguant de réponses aveuglantes. De quel éclat de caractère t’inspires – tu pour te faire lune ? Tu te fais possessive des couleurs en hurlant protéger les rêves.

 

Ventre des secrets de l’essentiel, tu permets d’être à tes enfants fidèles tandis que tu es noyade pour les fils des aventuriers des terres qui t’ont quittés. Tu es caméléon du ciel en souvenir de l’audace de leur rêves et tolérante à leurs caresses sur ta surface.

 

Belle négociatrice, accepte les rivages. Ne te fais pas ogre du monde après en avoir été la mère. Admets, pour que perdurent tous les amours, que si nous ne sommes chacun que matelot à l’origine de tes tempêtes, à l’origine de nos manques nous devenons capitaine.

 

Sur le même thème vous pouvez lire de Margot Roisin https://versantares.wordpress.com/2016/02/09/souffrances-de-la-mer/

Matin


Les empreintes de tes rêves deviennent lits de l’oubli.

 

Au réveil, le ciel est comme page blanche de poète.

 

Au loin, des poussières d’oiseaux survolent l’horizon déchiré des matins.

 

La couverture de vapeur enveloppe en mystère la colline.

 

Elle fait face à son reflet d’évidence par la lumière.

 

L’heure se donne par le soleil qu’on croirait injuste comme la chance.

 

Tandis que l’oubli lisse ton visage,

 

Le ciel se charge des larmes et des sourires de la journée.

Lis vers l’hiver


Illustration : Svetlana Sirenko (droits réservés)

Illustration : Svetlana Sirenko (droits réservés)

 

Par quelles amarres, à quel port et de quelle époque s’accrochent les maisons injuriant la transparence du temps en couleurs comme timbre d’un cri de vie ?

 

Tourbillon de l’instant jetant sa force centrifuge sur les murs gardiens des mystères de chacun, en italique inversée, on devine les trésors jaunis des placards du fond des ombres.

 

Tandis que la brise de demain balaye la poussière dans la poubelle d’hier, jouant du ciel et d’un arbre éteint aux feuilles de plumes engourdies, la lune chante sur ces violons. Ces cordes de briques, de bois et de terre jouent en nostalgie.

 

Paradoxe du vent qui souffle dans l’oubli tout ce qui s’accroche sur les larmes qui font la survivance de tout ce qui est mort. En guise de réponse apaisante, c’est au crépuscule qu’on célèbre la lumière pauvre et froide en vernis et en pigments.

 

En robe de silence et de constance tel galet sans autre âge que celui de l’éternité, ton chien te suit en patience guidée par sa confiance sans condition et ne traite ainsi le temps qu’en sa présence.

 

Que regardes – tu dans l’invisible qui te fouette ? Crois – tu que la vie est toujours pour demain ?

Maigre reflet


Celui qui n’aime les autres que par ressemblance n’aime personne sinon que lui – même. La profondeur de l’inverse ainsi bien trop plate et froide est aveugle à l’œil qui s’y noie.

 

La ressemblance offre l’image. Mais jamais l’individu qui se moire ne s’échange en couleur lumineuse et en chaleur et reste illusion physique et virus de l’âme.

 

Etre est alors (encore !) supplanté par avoir. Il n’est rien derrière cette lucarne sans imagination possible, vendeuse de notre assurance, que notre étal à bavardage en guise de séduction d’avance gagnée.

 

Pourtant, personne n’appartient à personne. Et le reflet est tel écho de loup ne sachant taire les manteaux broutant en nuages de montagne et qui bien ensemble n’ont aucune conscience de leur si belle impression.

 

Alors celui qui n’aime les autres que par ressemblance finit en n’aimant personne, pas même lui – même désoeuvré ainsi au milieu des verbiages transparents du mensonge en l’éternelle solitude. Le virus s’est alors emparé des trésors de l’âme faisant souvenirs gâchés les couleurs et les chaleurs.

 

Les différences nous ramènent à nos forces et nos faiblesses. Mélodies sur accords se font lit de nuances pour souffle du temps. L’orchestre est complexe pour le chant au vent.

 

Une des vraies forces est d’admettre sa faiblesse. Il est vain d’écouter le reflet comme de tenter de voir l’écho et tout le monde le sait…

Lumières


aurore boréale

 

Incomparables lumières, et pourtant…

 

Les feux des villes sont visibles dans les ténèbres sans jamais les éclairer. Le feu des hommes est sans la poésie jetée du soleil en foulard boréal qui couronne notre berceau. Danse apaisante, toujours verte et constante ici comme là – haut, confrontée aux lumières de l’humanité, statiques et circulantes ici, elles ne sont justes que statiques vue du ciel.

 

Lumière irrégulière dans l’éternité, en symbole d’union des mystères célestes contre lumière régulière des horloges en nécessité sur les ombres des coins de rues et qui n’empêche en rien le feu criminel qui détonne au nom d’un dieu si improbable ainsi d’éclats. Aucune lumière ne devrait engendrer un tout pour en faire quelques caprices.

 

L’électricité n’a pas la force de la folie. La lueur de l’espoir s’abandonne à mesure de jugement hiérarchisant les mots poussant mon poème à hiérarchiser les lumières : expression en éclat furtif de canons ou d’idées et en persuasion du meilleur de chacun de tous les hommes, en paradoxes et contradictions à les entendre toutes.

Humanité


S’il est aisé d’avoir une représentation de dieu, il est difficile d’en faire une sur l’humanité.

 

Telle la portée du vent glissant de flûte en haut – bois, elle est transparente au sens à qui elle se destine et indispensable au sens qui l’écrit.

 

Dieu ne crie. Il nous laisse libre de faire de cette fille notre mère. Mais elle le détrône, le remplace et le façonne à sa guise en se faisant chant de sirène à tous pour bombes de déliés dits mécréants.

 

L’homme est à l’image de dieu. Mais il a davantage prit les imperfections parce que rien ne peut être sans avoir été. Ou bien par mensonges convenus que porte la foule aux esprits façonnés jusque dans l’injure qu’elle porte, jusque dans l’injure qu’elle se porte.

 

Ce qui se rapproche ce qui lie dieu à l’humanité, ce qui fait leur valeur commune est l’espoir. Tout le reste n’est que faux bavardages de mouettes ou poison pour kamikaze. En un dieu ou en l’humanité nous ne pouvons vivre qu’en croyances.

 

Il ne me reste qu’à chanter sous pluie d’étoiles.