Après la pluie


Il n’est d’instant qui empêche de sourire.

Que reste –t- il du désespoir écoulé et poussé par les vents ?

Le mensonge céruléen qu ‘on pensait libre comme l’air prison de lumière, n’est autre qu’une nécessité qui n’a pas plus de sens que notre présence à contempler ce bonheur convenu comme népenthès en breuvage de vie.

La pluie est une virgule dans le subterfuge. Qui porte plus haut que tous les cieux, humide ou sèche, la vérité est ta caresse.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s