Intervalle


En sortant du foyer d’espoirs agenouillés et sous le paradis incendié à l’éclat ultime semblable à l’éternité de notre fascination, ce sont nos dernières intervalles de regards avant d’entrer dans le labyrinthe de nos jeunes patiences qui nous sont imposées.

Combien j’aimerais encore et toujours être à la plage et narguer avec toi l’horizon dans son bain de reflets de couchant, main dans la main, et dans le ressac en écho de nos coeurs simplement amoureux.

Viendra le jour où rien ne pourra nous contrarier.

Dans notre grotte, nous regarderons la mer embrasser nos secrets et écouter ses langueurs caressantes.

Les vents d’ailleurs, ne sachant mourir nulle part, nous raconteront leurs torpeur. Blottis l’un contre l’autre notre silence leur dira notre bonheur.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s