Dernier jour


187

Photographie : Boris Sentenac, droits réservés

Soleil couchant sur la relique de l’essentiel en ruine devenue pareille à quelques vieux souvenirs qui se conjuguent au passé simple restant en curiosité imparfaite.

Rideau de vie tiré sur l’aveuglement du dernier regard éclairé défait de sa chaleur. Tout devient rien avant de partir vers le levant noyé de nuit.

Les promesses se conjuguent au présent et se vivent au conditionnel. L’ignorance est la crainte de la conviction, au crépuscule l’erreur est la certitude.

Larmes d’étoiles pendues d’un devenir abandonné figé dans l’inutile, elles sont sans reflet sur les courants qui nous retiennent et gardent le secret de l’horizon.

Au loin la mer devient pleurs des terres pour un tout qui se fait néant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s