Le foyer en hiver


Le foyer en hiver

Photographie : Boris Sentenac

Quand la neige rougit timidement au soleil déjà couchant, alors que l’étoile, plus tremblante encore, pousse l’instant au néant qu’elle saura habiller avec les promesses à venir que l’on connaît déjà du froid d’hier resté aujourd’hui, la verve du foyer, nourrie de plus belle par la bonne conscience, nous rassure par le confort de son cœur antagoniste à la montagne derrière la fenêtre, au loin, qui l’ignore. La fumée est la seule à fuir les lieux. Amoureuse du ciel en devenir à l’effort inutile : les odeurs s’oublient, la chaleur emportée s’échappe sitôt dans l’ailleurs préférant mourir plutôt que de trahir sa souche.

Au cœur du mensonge salvateur, la lucarne magique balançant quelques soleils futiles (s’éteignant sitôt qu’ils ont brillé) dans un ron – ron de trente secondes chacun à tintinnabuler pendant que ma page se charge des caresses faciles du moment, à côté de la fenêtre, tu déroules à la fulgurance électrique, obligée et prisonnière du verre, le secret des papiers.

C’est ainsi que la tromperie des murs se pare comme chaque soir de nécessaire et de futile indissociables jusqu’à prendre vie.

2 réflexions sur “Le foyer en hiver

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s