Etonnement du devenir


Il semble que le chêne passe les saisons passif et patient.

De tige à meuble on ne le soupçonne de rien comme l’invisible qu’il caresse.

On est souvent trompé par le mensonge des cyprès tels gardiens des morts comme l’ennui dans les carrés murés de ce qui n’est pas mais qui sera. Alors, parfois et par hasard, on s’étonne de l’hiver ou du printemps en aussi peu de temps qu’il faut pour oublier un rêve.

Pour chacun pourtant, pour devenir, le futur ne doit jamais s’endormir patiemment sur le lit du présent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s